Amazon a racheté Zappos pour 1.2 milliard de dollars. Apple s’est offert Beats pour 1 milliard. Facebook a racheté WhatsApp pour 19 milliards de dollars et Instagram pour une valeur de 1 milliard. … Mais le spécialiste du Startup Shopping reste Google ! En effet, le moteur de recherche américain a étendu et perfectionné ses services entre autres grâce aux acquisitions externes. Waze pour 1 milliard de dollars, Youtube pour 1.65 milliard, Nest pour 3.2 etc… La <a href=https://www.webrankinfo.com/dossiers/google/acquisitions rel=nofollow>liste des entreprises rachetées par Google</a> est longue !

Pourquoi ces entreprises, qui font rêvé les meilleurs programmeurs du monde, achètent des startups alors qu’elles pourraient développer leur propre technologie elles-mêmes ?

Le Startup Shopping comme stratégie de croissance

La stratégie de croissance portée par l’acquisition de startups est devenue une façon de faire très répandue dans les grandes entreprises technologiques. Google, le champion du Startup Shopping, a racheté 18 startups sur la seule année de 2016 ! Alors même que la plupart d’entre elles ne généraient pas de revenus. Mais le retour sur investissement n’est évidemment pas que financier !

Il arrive souvent que quand les startups arrivent à maturité, elles commencent à avoir du mal à continuer l’expansion du nombre d’utilisateurs. Aussi, il arrive qu’une entreprise rachète un concurrent pour intégrer un nouveau marché comme un nouveau pays. L’acquisition de startup (ou Startup Shopping) est alors une solution pour acquérir de nouveaux utilisateurs rapidement et/ou se développer et prendre des parts de marché sur un nouveau territoire. Entrer sur un nouveau marché peut devenir très coûteux non seulement en terme financier mais aussi en temps et en ressources humaines. Compte tenu de la rapidité de développement des startups aujourd’hui, il peut être opportun de vouloir prendre le lead rapidement sur un marché.

Exemple : Une des raisons pour lesquelles Facebook a racheté WhatsApp était la recherche de nouveaux utilisateurs, notamment dans les pays émergents. Arrivé à 1 milliard d’utilisateurs, le rythme d’acquisition d’utilisateurs de FB ralentissait et il a été décidé d’acheter une startup complémentaire afin de créer un relais de croissance. Le leader du chat mobile, WhatsApp, avait une base de 450 millions de clients actifs, ce qui permettait à Facebook de toucher de nouvelles poches de population (princpialement en Asie).

Complémentarité avec les produits phares de l’entreprise acheteuse

A cause de la rapidité avec laquelle se développent l’innovation et les technologies, le marché est devenu compétitif et les utilisateurs de plus en plus exigeants. Les entreprises gardent l’objectif de développer de nouveaux produits dans leurs portefeuilles. Agréger les différentes fonctionnalités devient alors la stratégie pour répondre au maximum aux besoins des utilisateurs.

Exemple : Google rachète Youtube pour mieux intégrer les résultats de la plateforme de vidéos. Avant d’acheter Youtube, Google avait lui-même déjà créé un système de partage de vidéos proche de Youtube qui s’appelait « Google Vidéos ». Mais la renommée de Youtube était telle que Google fut obligée de racheter la startup qui faisait concurrence à ses services. Ainsi, Google a pu augmenter son portefeuille de produits et augmenter la valeur ajoutée de son service global pour les utilisateurs. Quand Google a racheté Youtube en Novembre 2006, la plateforme de vidéos n’avait aucun revenu et seulement 1 an d’existence ! C’est aujourd’hui le 3ème site le plus visité du monde !

Startup Shopping et Talent Acquisition

Retenir les meilleurs profils a toujours été un problème dans les entreprises. Les startups de la Silicon Valley s’arrachent les meilleurs talents dans une bataille à coup de dollars et de proposition intellectuellement enrichissante. Recruter des petits génies créatifs, des programmateurs de talent, et des data scientists sans limites devient donc rapidement coûteux et difficile. Certaines acquisitions sont l’occasion d’intégrer une culture d’entreprise et une expérience qu’il serait très compliqué de reproduire même en y passant du temps. En effet, 2 équipes développant la même idée n’arriveront jamais au même résultat. Recréer une équipe qui marche bien est une tâche ardue ! Gardons en tête qu’il y a finalement peu de gens visionnaires, et que c’est gens valent bien quelques millions pour leurs idées et leur approche du produit…

Exemple : C’est le cas de Kevin Systrom, le fondateur d’Instagram. Zuckerberg voulait déjà embaucher Kevin Systrom lorsqu’il était à la fac, mais Systrom refusa. Finalement Facebook rachètera 1 milliard de dollars la startup de Systrom. Et le réseau social le gardera à la tête d’Instagram qui jouit d’une bonne indépendance au sein de l’empire !

Avoir accès à la technologie le plus rapidement possible

Acheter une startup qui a beaucoup travaillé sur une technologie permet de gagner beaucoup de temps. L’entreprise qui rachète une startup peut intégrer la nouvelle technologie beaucoup plus vite, et rester en pointe dans son secteur. Donc d’un côté, c’est probablement moins cher, et de l’autre ça gagne du temps. Mais surtout ça permet de garder à distance les concurrents qui passeront plus de temps à développer le même produit. Racheter une startup c’est aussi racheter ses brevets qu’elle a déposé et qui sont parfois exclusifs…

Un bon exemple de cette stratégie est la startup Siri rachetée par Apple en 2010 pour un peu plus de 200 millions de dollars. L’intégration de l’assistant personnel automatique a été généralisée sur tous les smartphones de la marque. Apple a ainsi pu intégrer rapidement la technologie en maintenant à distance ces concurrents sur ce service. Dans le même état d’esprit, Google a racheté une startup de partage de documents « DocVerse » pour 25 millions de dollars. Cela a permis d’accélérer l’adoption de Google Docs.

Cependant, les bénéfices ne sont pas toujours au rendez-vous. Google a racheté Nest pour 2.3 Mds de dollars. Alors que pour l’instant le marché de la maison connectée peine à démarrer. Le chat d’une startup reste un exercice périlleux, même pour le spécialiste du Startup Shopping.