Voici notre classement des incubateurs 2018 ! Cette année 2 événements sont intervenus : on l’attendait tous, Station F est là. Le Globalement, le Startuppers Club revoit les incubateurs sur des critères objectifs : la couverture médiatique, le nombre de start-ups incubées, la réussite de ces startups et la qualité du mentoring.

Comme d’habitude, les principaux incubateurs sont à Paris, et nous ne classons que les incubateurs privés. Si vos ambitions sont aux USA, vous pouvez retrouver un excellent article du blog TheNextFrench sur les 10 meilleurs incubateurs de startups aux USA.

Station F, le méga-incubateur de Xavier Niel

Xavier Niel a un objectif : faire de la France un startup nation. En 2017, il investit 250 millions d’euros dans Station F de sa poche pour créer ce qui devrait devenir la référence dans le domaine. Tout d’abord, le chiffre magique : 1000 startups sont incubées au sein de la Halle Fressynet à Paris. Les plus grands groupes industriels ont signé des partenariats prestigieux : Microsoft, Thalès, Amazon, Facebook… Tout le monde veut en être ! Cependant, toutes les startups ne seront pas chapeautées par le startupper Xavier Niel et son fonds Kima Ventures en direct. Plusieurs programmes d’incubation se côtoient. Comme la première génération de startups n’est pas encore sortie, on peut pas encore évaluer le taux de réussite de la structure, mais il promet d’être bon ! Enfin, Roxanne Varza dirige la structure après avoir managé l’incubateur de Microsoft « Spark ».

TheFamily, l’incubateur révolutionnaire d’Oussama Ammar

Après avoir créé l’incubateur du Camping (l’actuel Numa), Oussama Ammar et Alice Zagury ont créé The Family. Plus qu’un incubateur, c’est un accélérateur : l’équipe prend 5% du capital des incubées. Très connu du fait d’une communication très importante tous médias confondus. En échange, les mentors de la Family donnent des conseils. L’incubation n’a pas de limite de temps et ne coûte rien, mais la structure n’offre pas non plus de services physiques : on ne peut pas louer de bureaux par exemple. Par conséquent, il n’y a pas de limite en nombre de places : si votre projet intéresse vous serez pris ! Cependant la sélection reste rude à l’entrée : selon ses dirigeants, sur 3000 propositions reçues par an, seuls 10% sont sélectionnés.

Egalement, notons que si vous n’avez pas la chance d’être incubé, vous pouvez toujours suivre les formations Koudetat. D’abord, vous apprendrez certainement pas mal de choses non académiques, mais vous serez motivé par M. Ammar en personne ! 🙂 Cependant, cela ne vous donnera pas accès aux « unfair advantages » qui sont des services négociés gratuits avec Amazon, Paypal et d’autres grands de la TEch.

Enfin, TheFamily facilite l’accès au capital de ses startups à travers son réseau, ses propres fonds et AIR (Accord d’Investissement Rapide) qui simplifie les procédures de levée de fonds.

Paris&Co : la réussite à 80%

C’était jusque là le plus gros réseau d’incubateurs en France : 500 startups hébergés. En réalité, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris dirige l’ensemble dans l’intérêt général. Le réseau a été fondé il y a plus de 15 ans sur des thèmes très variés. En 2017, 431 startups sont accompagnées dont 55 startups étrangères. Le taux de réussite de l’ensemble est intéressant puisque 38 startups ont réussi à lever plus d’un million d’euros dans l’année. La dernière réussite est Navya, le constructeur de navettes autonomes qui s’apprêtait à entrer en bourse fin Juillet. On peut citer également PeopleDoc qui devrait être rachetée dans les 300 M$.

Selon le Startuppers Club, la force de Paris&Co réside principalement dans ses partenariats très variés. En effet, tous les grands groupes ont signé des accords : EDF, Galeries Lafayette, MasterCard, Société Générale. Ces partenaires parrainent des concours d’innovation et aident souvent les startups sélectionnés à trouver leur premier client. En terme de visibilité, signer un partenariat avec un grand groupe est souvent un bon signe pour une startup !
Pour plus d’informations, c’est sur le site de Parisandco.

Numa, l’ex-Camping

Comme The Family, Numa prend 5% de participation dans les startups incubées. Fondé par Oussama Ammar et Alice Zagury, l’esprit est un peu le même avec une ambiance bonne enfant: la structure s’appelait auparavant « Le Camping ». L’incubation dure 4 mois et ne coûte rien. 24 startups se pressent chaque année dans l’incubateur, réparties en 2 promotions de 12. Auparavant plutôt ouvert, sa récente transformation en Numa destine le fonds aux technologies internet, logiciel et télécoms. Enfin, rappelons que Numa est le fruit de la fusion entre 2 poids lourds du milieu startup : l’incubateur « Le Camping » et l’espace de coworking « La Cantine ». Malgré cela, seulement 109 startups ont été accélérées depuis 2011. Donc, le principal avantage de Numa nous semble être la visibilité.

Agoranov

Un pool d’universités dont Paris Dauphine, UPMC, ENS et ParisTech ont créé en 2000 l’incubateur Agoranov. L’incubation est l’une des plus longues avec un programme de 24 mois. Le coût est nul et aucune prise de participation n’est demandée. Comment est-ce possible ? Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche finance cet incubateur. L’objectif n’est donc pas la rentabilité, même si de très belles pépites sortent de l’incubateur dont Ynsect et Critéo ! Du fait de cette particularité, l’entrée est extrêmement sélective. Seul bémol, Agoranov est moins axé vers la levée de fonds si c’est votre objectif…

L’incubateur accueille 30 nouvelles startups chaque année et incube donc 60 jeunes pousses simultanément. 300 entreprises ont déjà été créés créant plus de 5000 emplois direct. Une belle réussite !